info
Thank you for visiting my theme! Replace this with your message to visitors.

Musée

History


Le musée des Réductions est la réalisation du rêve de quatre frères, nés dans les premières décennies du siècle passé, dans la ville sul-mineira* de Campanha. Ênnio, Décio, Evangelina et Sylvia, au cours de leur vie, ont parcouru chacun son chemin, résidant dans des villes différentes et exerçant des activités professionnelles différentes.

Ênnio s’est installé à Juiz de Fora, où il a travaillé pendant 35 ans à la Banque de Crédit Royal de Minas Gerais, jusqu’à sa retraite. Là, il y a vécu jusqu’à ses derniers jours.

Décio s’est installé à Rio de Janeiro, il a travaillé comme pilote commercial et directeur de la PanAir du Brésil, jusqu’à son extinction, il est allé vivre à Lisbonne, a rejoint la Transportes Aéreos Portugueses (TAP), a pris sa retraite et est revenu à sa terre natale, Campanha, où il a passé les dernières années de sa vie.

Sylvia, fonctionnaire également de la Banque de Crédit Royal de Minas Gerais et Evangelina, fonctionnaire de l’État de Minas Gerais, se sont installées à Belo Horizonte, travaillant jusqu’à leur retraite dans la Banque de Crédit Royal de Minas Gerais et dans l’État de Minas Gerais, respectivement. Elles y ont vécu jusqu’à leur décès.

Dotés d’énormes habilités manuelles, d’une grande sensibilité artistique et de beaucoup de disposition, les Frères Vilhena, comme ils sont affectueusement connus, se sont unis pour concrétiser un projet de vie: laisser un legs artistique et culturel de grande valeur. Ainsi, juste après les retraites, donc pleinement disponibles, ils se sont mis à planifier la mise en œuvre du Projet Réduction, un parc thématique basé sur des similaires existant de par le monde, mais avec un grand différentiel: un patrimoine qui fut significativement brésilien, produit sur base complétement artisanale (avec les mêmes matériaux que ceux employés dans les constructions originales) et totalement exécuté par eux, rien que par les quatre. Pour ce, ils se sont basés sur une réplique de l’Église des Dores, de Campanha, que Ênnio venait juste de faire, comme hobby.

Ils ont fait contact avec les Secrétariats d’État à la Culture des états brésiliens, à la recherche d’indications de monuments architectoniques locaux et représentatifs, qui pourraient être reproduits. Les nombreux secrétariats qui ont répondu à l’appel ont procuré aux Frères Vilhena un riche univers de recherches et de travaux à développer. Munis ainsi d’une grande liste de monuments architectoniques des quatre coins du Brésil (environ 52), ils se sont mis à voyager à travers le pays, toujours avec leurs propres ressources, dans le but de photographier, mesurer et dessiner les reliques architectoniques nationales les plus variées, se souciant de chaque détail des constructions, celles-ci minutieusement choisies, tenant compte de la représentativité, taille, richesse de détails, beauté plastique, matériaux employés et diversité

de la nature des édifices: églises, palais et hôtels particuliers, forteresses, demeures coloniales, maisons communes, maisons de fermes, maisons à étage, usines, etc.

Une fois conclue la phase des relevés, des recherches et définitions, les Frères Vilhena se mirent à travailler dans la définition d’un local approprié pour siéger le parc, alors dénommé Projet Réduction, son implantation dans la région de Campanha, au Sud de Minas, surgissant comme première option, naturelle même. L’option a été vite écartée en fonction du mauvais moment que le Circuit des Eaux traversait, quant au flux touristique nécessaire pour maintenir le projet, facteur qui a fini par orienter leur attention vers la région de Ouro Preto, principale destination touristique de l’État.

Parallèlement à ces définitions, les Frères Vilhena ont entrepris la complexe production des répliques, étant déjà installés dans le district de Amarantina de la commune de Ouro Preto, dans une simple et modeste maisonnette, située bien au centre. Ils ont fini par acquérir avec leurs propres ressources un grand immeuble de 6.000m², situé dans la zone rurale du petit village, dans un condominium récemment lancé, où ils allaient ériger l’édifice définitif qui abriterait les répliques. Commençait à surgir, en fait, le musée des Réductions.

Une équipe de gosses résidant dans le district fut rapidement composée pour les tâches plus faciles, telles que production de petites tuiles, petites briques, petits finissages, etc., dans un véritable mouvement de citoyenneté des castors, vu que, en plus d’apprendre le métier, les gosses recevaient des orientations de bases telles qu’hygiène personnelle, santé bucco-dentaire, étiquette, citoyenneté, etc., ainsi que des fournitures scolaires, habits, souliers et une aide financière, caractéristique qui a fortement marqué la performance des Frères Vilhena dans le district de Amarantina.

La technique de la construction, les formes diverses, les ustensiles et une grande partie de la main d’œuvre du finissage final étaient à la charge de Ênnio, l’artisan responsable. Décio, détenteur d’une grande capacité intellectuelle, en plus des énormes habilités manuelles, produisait avec le bois de véritables joyaux, tels que balustres et canons tournés à la main, portes à panneaux, grillages, persiennes, fenêtres et chambranles de portes, etc. Il se chargeait, en outre, du travail plus rationnel comme les calculs, échelles, dessins et plans. Sylvia, la plus rêveuse d’entre eux, était la responsable des premiers dessins, des peintures, sculptures en pierre de savon, travail d’orfèvrerie, avec de petits ciseaux, pinceaux et autres. Evangelina, le fléau de la balance, était le grand manager. Elle prenait soin du personnel, des paiements, de la structure de la maison, nourriture, voyages, en plus de photographier et, principalement, ayant une forte personnalité, elle se chargeait d’atténuer les conflits constants, typiques des tempéraments des grands artistes.

Au fur et à mesure que les répliques étaient produites et conclues, surgissait la nécessité d’amplification des petits espaces qu’ils possédaient dans la maisonnette où ils vivaient, ce qui les a poussés à louer une autre maisonnette, proche du terrain où serait installé le musée, qui fonctionnait comme dépôt de matériaux et de répliques prêtes démontées. Parallèlement, était entreprise la construction de l’édifice qui abriterait le musée, une conception moderne projetée par Décio. Comme la nécessité de ressources financières augmentait, un véritable périple commença à la recherche de patronages, où les insuccès constants n’ont pas été capables de décourager les quatre frères, qui se coupaient en quatre pour supporter les coûts de la grande œuvre. 

Jusqu’à ce qu’une lumière venue de l’Allemagne, à travers la Lateinamerika Zentrum e.v., de Bonn (LAZ), modifia toute la situation. Grâce à l’intervention personnelle de son président, le député allemand Hermann Gorgen, l’institution approuva l’appui financier, à fonds perdu, au Projet Réduction, de l’ordre de 90 mille deutsche marks.

Grâce à ce recours, allié à de nouvelles petites donations effectuées par la Banque Crefisul S/A, Banque Bamerindus do Brasil S/A, Divinal Vidros, Vidraçaria Catarina e Alba Química S/A, outre les ressources de la famille, l’édifice principal et le petit édifice qui abriterait l’École d’Artisanat prenaient forme et le musée des Réductions naissait... avec lui est née l’École d’Artisanats, où jeunes filles et dames de la communauté, pendant environ quatre ans, ont appris coupe et couture, tricot et crochet, dessin, arts au bambou, etc., insérant dans le projet original un grand contenu social.

Le 26 mars 1994, était arrivé le grand moment. L’alors maire de Ouro Preto, Angelo Oswaldo de Araujo Santos, aujourd’hui (2014), président de l’Institut Brésilien de Musées (IBRAM), grand incitateur du travail des Frères Vilhena, en présence d’une grande partie de la famille Vilhena, d’autorités locales, régionales, d’états et nationales, de la communauté de Amarantina, de Ouro Preto et région, coupait le ruban inaugural et consignait au commerce touristique et culturel de Ouro Preto, de Minas, du Brésil et du monde, le musée des Réductions.

Durante les dix premières années, de 1994 à 2004, le musée des Réductions a expérimenté tout le caractère ludique de la gestion des propres artistes, enchantant déjà les milliers de visiteurs, mais sans plus grandes ambitions. À partir de 2004, avec le décès de Evangelina, survint la réclusion de Sylvia et le musée vint â être administré par son directeur administratif et financier, Carlos Alberto Xavier de Vilhena, fils de Ênnio, qui abandonna une carrière victorieuse comme cadre supérieur du marché financier pour s’établir, définitivement, à Amarantina et poursuivre le travail de la famille. Avec une vraie gestion d’impact, il a optimisé le fonctionnement de la maison et a donné de la visibilité au travail, grâce à une politique de marketing agressive, aboutissant à la reconnaissance obtenue dans le Guia 4 Rodas Brésil, de 2006, qui a élu le musée des Réductions comme étant la Meilleure Attraction du Brésil dans la catégorie Contribution Artistique, titre maintenu jusqu’à nos jours, en fonction du non-surgissement d’un nouveau décernement de prix dans la catégorie. Dans cette période, le musée a enregistré un public d’une moyenne supérieure à 2.000 visiteurs par mois.

Malgré les moments difficiles qui ont succédé, le musée a attiré des investisseurs et des partenaires de poids, qui l’ont remis sur la bonne voie vers le succès qui lui est réservé. Nous avons cité, comme faits marquants, l’effective participation à la fondation du Système de musées de Ouro Preto, les patronats de la Transcotta Ltda., Microcity Computadores e Sistemas Ltda., de la EMTEL Ltda., de la CEMIG, de la CEMIG TELECOM et de la GERDAU, outre le partenariat solide avec l’Institut National de Développement et Intégration Culturelle (INDIC) dans l’exécution de projets d’éducation patrimoniale

Mérite, aussi, la mise en relief spéciale de la participation de la professeur Terezinha Lobo Leite, spécialiste ouro-prétaine en éducation patrimoniale qui, dans une relecture fantastique du patrimoine du musée, l’a pratiquement redécouvert comme source inépuisable de connaissance dans les domaines des mathématiques, histoire, géographie, sciences et arts. À partir des répliques, des élèves de l’enseignement secondaire (1er cycle) ont reçu des informations et connaissances importantes pour la formation de la conscience de préservation et le développement du sentiment d’appartenance, contribuant au surgissement d’une génération engagée avec la préservation de notre mémoire et de notre patrimoine historique, matériel et immatériel, tout cela associé aux sous-disciplines correspondantes.

Enfin, de cette façon, le musée des Réductions a mérité la reconnaissance d’autorités, d’intellectuels, d’artistes, celle des grandes entreprises et du public en général, comme étant un important équipement touristique, culturel et éducationnel, qui fait l’orgueil de Ouro Preto, de Minas et du Brésil.

Le Musée des Réductions, avec son contexte, est unique et attire le public par la beauté plastique de ses répliques, par la fidélité et par la richesse de détails, procurant aux spectateurs la même émotion qu’ils sentiraient devant des monuments originaux. Il se différencie des autres parcs thématiques du monde par la conception de ses répliques, confectionnées avec les mêmes matériaux employés dans les constructions originales, sans produits industrialisés et/ou synthétiques.

* Sud de l’État de Minas Gerais


educandocomarte

Torne-se Um patrocinador